• Exposition: Les Armes de la Capitale

La mairie du Cap-Haïtien (Collectif Tet Ansanm pou Okap)

«Bâtiment typique des constructions administratives de la première moitié du XXe siècle». C’est en ces termes que, dans son inventaire des édifices à valeur historique du centre-ville du Cap-Haïtien, l’ISPAN qualifie l’édifice que nous connaissons à la rue 20 F-G, faisant face à la cathédrale. Y sont logés les services principaux de la mairie du Cap-Haïtien. Cependant, la Mairie n’a pas toujours été localisée à cet endroit.

Laissez-nous vous en raconter la petite histoire…

La construction de la Mairie

L’hommage à Louis André prononcé par Joseph L. Prévost (1) nous apprend où la mairie du Cap-Haïtien se situait avant qu’elle soit à l’endroit que nous connaissons actuellement. Il en dit :

La Mairie capoise se situait alors à la rue 5 Espagnole, maison à étages qu'habite actuellement la famille Edmond Guillaume. (2)

Ainsi peu après son élection à titre de maire de la ville en 1936, M. Louis André entreprit des démarches pour doter la ville du Cap-Haïtien d’une mairie digne de ce nom.

Ses démarches vont se concrétiser par l’adoption de l’Arrêté déclarant d'utilité publique les travaux d'agrandissement de l'Hôtel de Ville du Cap-Haïtien et autorisant les expropriations reconnues nécessaires, signé le 26 juin 1940, par le président Sténio Vincent.

Le document publié dans le Moniteur, no 53, du 1er et 4 juillet 1940 (3) précisait :

  • Article 1er. Il sera procédé aux travaux d’agrandissement de l’Hôtel de ville du Cap-Haïtien sur un terrain borné : Au Nord, par l’Hôtel de ville ; au Sud, par la rue Roosevelt (rue 20) ; à l’Est, par la rue Saint-Domingue ; à l’Ouest, par la rue du Palais (rue G) – lequel terrain est occupé par Me Edmond Guillaume, les héritiers Daguindeau, Madame Veuve Lebreton et Xavier Pierre, dit Ti Frè.
  • Article 2 : Ces travaux sont déclarés d’utilité publique et la procédure d’expropriation reconnue nécessaire sera entreprise et poursuivie contre les occupants du terrain dont il s’agit, conformément à la loi.

En effet, la propriété logeant l’actuel Hôtel de Ville y avait des maisons bâties appartenant aux sieurs Loulou Manigat, Mme Dubé, M. Charles Javeau et Me Edmond Guillaume. Après entente convenue entre les parties, la Commission Communale transféra Me Edmond Guillaume à l'ancienne Mairie de la rue 5-L, Monsieur Javeau à la rue 21-J etc., tous furent satisfaits puis à tête reposée, le maire Louis André restaura ce magnifique Palais, l’actuel Hôtel de Ville monumental et majestueux.

À la suite de grands travaux, la mairie s’installera dans ses nouveaux locaux. Les Annales capoises, dans son édition du vendredi 31 décembre 1943, en première page soulignait : «La postérité rendra un bel hommage au distingué Magistrat, M. Louis ANDRE, pour avoir pris toutes mesures financières, en vue de faire du Local de l'Hôtel de ville, la propriété exclusive de la commune du Cap-Haïtien».

Grâce au tableau de Philomé Obin, datant de 1958, intitulé 2e et 3e bureaux de vote aux élections de 1957 au Cap-Haïtien, (4) nous avons une bonne idée de la Mairie à cette époque.

Cette interprétation de l’artiste est confirmée par cette photo de la Place d’Armes prise à partir de la mairie où l’on aperçoit les murs et l’entrée peints en jaune comme dans le tableau d’Obin.

La Mairie actuelle

Au fil du temps, l’édifice a connu quelques améliorations mais la plus importante restauration date de 2013. En effet, le bâtiment a été entièrement rénové afin de le rendre plus viable et sûr pour ses nombreux usagers.

Ces travaux ont permis de refaire la toiture et le plafond, ravaler les façades, traiter les murs notamment ceux déjà infiltrés et réaménager complètement l’espace de travail des cadres. Le bâtiment est maintenant doté d’un salon municipal et d’une vitrine d’informations. La réhabilitation du bâtiment a coûté 300 000 dollars américains financés par la Minustah (1/3 des coûts) et l’USAID (2/3 des coûts).

Le 8 août 2013, lors de l’inauguration, le maire du Cap-Haïtien, Jean Renaud, déclara : «Avoir un beau palais municipal flambant neuf dans la deuxième ville du pays est très important pour l’image d’Haïti. Cette réalisation nous permettra de produire un rendement optimal et mieux servir la communauté capoise».

La cérémonie d’inauguration des locaux rénovés de la mairie du Cap-Haïtien avait réuni un parterre de personnalités, parmi lesquelles l'archevêque du Cap-Haïtien, monseigneur Louis Kébreau, et le révérend pasteur Meji Sylvain et le directeur départemental de la PNH, Kesnel Pierre ainsi que l’ambassadrice des États-Unis en Haïti, madame Pamela Anne White.

«Votre engagement à mettre ce bel espace au service de la population du Cap-Haïtien aidera à renforcer la gouvernance locale, ce qui est essentiel à la stabilité d'Haïti» déclara l’ambassadrice. Elle encouragea alors les autorités locales à s’entendre pour pérenniser les acquis de ces travaux, et à faire les réparations à temps pour permettre à la mairie du Cap-Haïtien de maintenir sa fraicheur.

Sources : Collectif Tet Ansanm pou Okap

Notes :

(1) Voir notre article In memorian : une belle figure capoise

(2) Cette maison qui existe encore est située entre les rues 4-5-L. Un mur sépare la maison du local de l'ASC dans le quartier connu sous le nom de «fouk a poul», (rue 5 après la rue Espagnole sur la main gauche en direction du morne.

(3) Arrêté déclarant d'utilité publique les travaux d'agrandissement de l'Hôtel de Ville du Cap-Haïtien et autorisant les expropriations reconnues nécessaires, Le Moniteur, lundi 1er et jeudi 4 juillet 1940

(4) Juste pour la petite histoire, ce tableau de Philomé Obin évalué entre 3 000 $ et 5000 $ a été vendu 10 000 $ aux enchères organisées par John Moran Auctionners (Monrovia, Californie) en novembre 2019.

(5) M. Louis André a été élu Maire du Cap-Haitien en 1936. Il avait pour assesseurs : M. Alcide Narcisse et M. Guillaume Pérard. Ce cartel resta à la Mairie jusqu’en 1946, quand sous la présidence de M. Estimé, M. André fut nommé Préfet de l’Arrondissement. Il sera réélu maire en 1954.

Mots-clés: Cap-Haïtien, Mairie, Louis André, Philomé Obin, Hôtel de ville, 2e et 3e bureaux de vote aux élections de 1957 au Cap-Haïtien

logo site de la ville du Cap-haitien