• Exposition: Les Armes de la Capitale

Le Cercle des musiciens chrétiens Capois (CEMUCHCA)

À l’origine, le CEMUCHCA est un ensemble musical de Cap-Haïtien qui s’est transformé en école de musique et propose des formations à tous les « Capois » dès l’âge de cinq ans. Aujourd’hui, il compte 350 élèves réguliers et 250 participants aux stages d’été annuels. Le Cemuchca dispose d’antennes dans les villes de Limbe, Milot, Port-au-Prince. En collaboration avec le Music Fund, qui lui offre soutien, coopération et financement, le CEMUCHCA s’intègre à la vie culturelle actuelle du Cap-Haïtien. Les deux auteurs ont passé quatre semaines à l’école. (Note de la rédaction)

La bonne volonté est le moteur du CEMUCHCA. À de rares exceptions près, le personnel n’est pas payé et c’est face à un auditoire très disparate que nous donnons la plupart de nos cours. Musiciens confirmés ou débutants, les hommes et les femmes qui portent le projet partagent tous un même amour de la musique. Viola, la secrétaire, doit son patronyme à l’instrument qu’elle apprend entre deux inscriptions. Face à son petit bureau et à son tiroir-caisse, elle arpège des accords sur son alto. John, le bibliothécaire, est rivé à sa contrebasse qu’il pratique dès que ses livres lui en laissent le temps. Venel, le directeur, enseigne le violoncelle tandis que Fenor fait orchestre à la maison avec trois de ses enfants. Nannley Flûte, Franz Trompette, Tchoupy Maestro : changer son nom pour signifier que la musique est avant tout une identité. Tchoupy dirige l’orchestre, donne des cours de violon, règne sur l’atelier de lutherie, joue du saxophone et de la contrebasse, dirige la fanfare, filme et prend des photos. Formé à la lutherie à Crémone grâce à Music Fund, il permet au CEMUCHCA d’avoir des instruments en bon état. À l’heure où nous arrivions, Jhilens Gilbert Saintefable Clarinette s’envolait pour la France afin d’y apprendre la réfection des bois…

Formation… C’est bien là l’essentiel pour une institution comme le CEMUCHCA. Parmi un florilège de chantiers possibles, nous choisissons de prendre en main la bibliothèque de l’école, et d’assister son dynamique gestionnaire dans le développement d’une vraie médiathèque. John Carly Ménard, la vingtaine, a quitté Port-au-Prince afin de venir apprendre la musique au Cap. Motivé et très disponible, il s’est rapidement vu confier des responsabilités. Sa présence à l’école de 7h du matin à 9h du soir l’a également tout naturellement désigné comme concierge. Qu’importe l’heure à laquelle on passe rue 18, on entend toujours les vibrations des notes les plus graves de la contrebasse de John.

La bibliothèque est dans un triste état. Le lieu sert autant à stocker quelques partitions qu’à entreposer les objets les plus divers, dans un désordre et une poussière rédhibitoires. Il faudra une semaine pour nettoyer, trier, classer le matériel, et ensuite pour poncer et vernir les planchers. Sans oublier la construction de rayonnages tout neufs, destinés à accueillir les livres. Des livres qu’il restait d’ailleurs à trouver : à part des méthodes et des partitions, peu d’ouvrages garnissaient les étagères de John. Sillonnant la ville de bouquiniste en libraire, nous rassemblons et achetons tout ce que nous avons pu trouver comme ouvrages sur la musique. La plupart viennent de Paris et de Montréal par bateau. À l’avenir, Music Fund enverra aussi des caisses de livres au Cap-Haïtien. La médiathèque est également pourvue d’une petite salle d’écoute, afin de valoriser la centaine de disques donnés par Music Fund et convoyés sur le Florestan.

Le 6 mars 2015 a lieu en grande pompe l’inauguration de la nouvelle médiathèque. Pour l’occasion, on offre un verre aux invités, parmi lesquels Nathalie Pouchin, directrice dynamique et efficace de l’Alliance Française du Cap. Logée dans une superbe maison coloniale du centre-ville, l’institution organise des cours de français, mais aussi des spectacles et des séances de cinéma. À l’échelle de la ville, l’Alliance Française représente le seul et unique centre culturel et c’est donc tout naturellement que Nathalie Pouchin et Fenor Onesime se connaissent. L’auditorium de l’Alliance accueille répétitions et concerts des élèves, les musiciens du Cemuchca rehaussant de leur présence certains événements organisés par Nathalie et son équipe. Une équipe qui s’est d’ailleurs élargie alors que nous étions au Cap : John Carly Ménard devra ajouter à son agenda déjà chargé un mi-temps comme responsable de la médiathèque de l’Alliance Française. Repéré par la directrice lors de l’inauguration, le voici désormais engagé pour gérer l’une des bibliothèques les plus importantes de la ville. On ne pouvait rêver mieux pour renforcer les liens entre le Cemuchca et l’Alliance Française du Cap.

Témoignages de Jérôme Gierse et Alexandra Vendetta
Sources : https://florestanaroundtheworld.com/2015/03/25/ Site Web du CEMUCHCA

Mots-clés: Cap-Haïtien, Arts et spectacles, École de musique, CEMUCHCA

logo site de la ville du Cap-haitien