• Exposition: Les Armes de la Capitale

Réflexions et Rêveries autour du legs d’un Roi (Claudette Antoine Werleigh)

8 Octobre 2020 : deux cents ans depuis que le Roi Henry 1er est décédé. « Le Roi est mort, Vive le Roi ! »

    Fresque en trois tableaux :

  • Que savons-nous de Christophe ?
  • Quel héritage nous a-t-il laissé ?
  • Qu’en avons-nous fait ? ... ou plutôt : Qu’en faisons-nous ?

Je ferme les yeux et laisse se déployer en toute liberté : faits, perceptions, souvenirs et réflexions sans jamais perdre de vue la situation actuelle … À cause de cela sans doute, à chaque détour, le futur m’interpelle et - je l’avoue - … m’inquiète !

Que savons-nous de Christophe ?

Je revois en pensée le petit manuel d’Histoire d’Haïti de Roger Dorsainville que j’ai eu en classes primaires. Viennent à la mémoire, quelques leçons apprises : Henry Christophe est « né à la Grenade » … Aussitôt, des images surgissent ; et je revois cette ile où j’ai eu la chance de poser les pieds, bien des années après mes premières leçons d’histoire.

Je me souviens que ma première impression fut d’être surprise et, en même temps, émerveillée de découvrir la beauté de cette ile ; ravie surtout de voir le pays, aussi vert et boisé ! Et je me suis dit: « C’est sans doute ainsi qu’était mon pays : Haïti, lorsque Christophe Colomb et les Espagnols y ont débarqué… Pas étonnant qu’ils aient choisi d’y rester ! »

Mais, revenons à « notre » Christophe !...

En 1779, âgé seulement de douze ans, Christophe s’est enrôlé pour participer à la bataille de Savannah. Était-il en quête d’aventures ou porteur d’idéaux avant-gardistes, tel un panaméricanisme avant le mot?

Remonte à la surface un autre fait, beaucoup plus récent ! Quelques compatriotes établis aux États-Unis ont eu l’excellente idée de faire ériger à Savannah, un monument pour rendre hommage aux « Chasseurs volontaires », ces valeureux combattants pour la liberté et inscrire dans la mémoire de tous ceux et celles qui verront ce monument, la contribution de nos ancêtres à l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

À cause de son jeune âge, Christophe y fait figure de tambourineur; rôle pourtant à ne pas sous-estimer, car il est important à la guerre de maintenir haut, le moral des troupes !

Cependant, plus que cette prouesse, c’est un autre fait épique qui a capté mon attention de jeune écolière, conquise et galvanisée :

« À l’arrivée de la flotte française envoyée par Napoléon Bonaparte pour rétablir l’esclavage dans la colonie de Saint Domingue, Christophe, réalisant que le rapport de forces ne jouait pas en sa faveur, préféra mettre le feu à la ville du Cap … « en commençant par sa propre demeure ! »

Sans bien mesurer la signification et la portée de cet acte, c’est avec fierté qu’avec toute la classe, je criai, haut et fort, à l’adresse des Français : « Et même sur ces cendres, je vous combattrai encore ! »

C’est donc en guerrier valeureux que Christophe fit son entrée triomphale dans mon imagination et s’installa dans ma mémoire ! La lutte contre l’esclavage dans lequel la France maintenait nos ancêtres fut longue et coûteuse en vies humaines. Mais, nous en sortîmes victorieux !

Christophe est l’un des héros de l’indépendance d’Haïti, proclamée le 1er janvier 1804 : une première dans les annales de l’Histoire !... L’ancienne colonie de Saint Domingue venait de faire place à « Haïti, première République noire du Nouveau-Monde ! »

Commença alors une première forme de mise en place du nouvel état qui ne dura pas longtemps car, moins de trois ans plus tard, le 17 octobre 1806, l’Empereur Jean-Jacques Dessalines était tué au Pont-Rouge. Notre pays se trouva alors divisé en deux : à Christophe revenait la gestion du « Grand Nord » ; à Pétion, l’Ouest et le Sud. Le Nord devint Royaume; le Sud, République.

II. Quel héritage Christophe nous a-t-il laissé ?

La mise en place d’un Royaume :

1811, Henry Christophe se proclame Roi, sous le nom de Henry 1er ; Marie Louise Coidavid devient Reine, leurs enfants Princes et Princesses. L’Histoire rapporte également que le Roi Henry 1er a octroyé les titres de Duc, Comte, Baron ou Chevalier à certaines personnalités.

Il serait intéressant de savoir si la mise en place d’un Royaume dans le Nord a contribué à créer ou à entretenir dans la région, une stratification sociale comparable, dans une certaine mesure, au préjugé de couleur, signalé par exemple dans l’Ouest et le Sud.

Structures bâties

Henry 1er a laissé à la postérité plusieurs monuments prestigieux, parmi lesquels :

  • le Palais Sans-Souci à Milot qui fut détruit par un tremblement de terre, en 1842, mais dont les ruines révèlent encore toute la splendeur;
  • la Citadelle Laferrière, forteresse imprenable, juchée au sommet du Bonnet-à-l’Evêque,

tous deux reconnus par l’UNESCO comme faisant partie du Patrimoine mondial de l’Humanité.

Citons également le Palais aux trois cent soixante-cinq portes à la Petite Rivière de l’Artibonite. Ce sont ces réalisations qui sont à l’origine de l’appellation donnée à Christophe : « le grand Roi Bâtisseur » !

Les manuels d’histoire révèlent enfin que le Roi Henry 1er s’est suicidé d’une balle à la tête (une balle d’argent, est-il précisé), à la suite d’une crise d’apoplexie qui se produisit à l’église, en présence de fidèles… en présence de ses sujets, donc ! Le Monarque n’a pu supporter pareille déchéance, surtout à un moment où il avait appris que quelques officiers complotaient pour le détrôner….

Voilà donc pour l’histoire apprise à l’école !

Mais, qu'en savent Monsieur et Madame tout-le-monde ?

Il est difficile de croire qu’un-e Haïtien-ne n’ait jamais entendu parler de Christophe, le « grand Roi bâtisseur », et n’ait jamais cherché à voir de près les deux monuments les plus emblématiques de son règne que sont le Palais Sans-Souci et la Citadelle.

Du Palais Sans-Souci, il ne reste que des ruines. On reste quand même ébloui devant sa magnificence !

Palais Sans Souci, photo Frantz Jean (2016)

C’est souvent de ce site que l’on « monte » jusqu’à la Citadelle : à pied, à cheval et/ou en véhicule à quatre roues motrices. Malgré tout, on peine à arriver jusqu’au sommet. Cependant, je ne connais personne qui ait regretté d’avoir consenti les sacrifices nécessaires !

Durant le trajet, on voit immanquablement surgir - sans qu’on ait fait appel à eux – quelques enfants des environs qui proposent aux visiteur-se-s leurs services, comme guides touristiques !

Pour illustrer l’atmosphère qui régnait dans le royaume et montrer combien l’obéissance aveugle à Sa Majesté le Roi était de mise, nos guides improvisés se mettent à expliquer, mimiques d’effroi à l’appui, comment le Roi Henry procédait à la Revue de la Garde. À les entendre, cela se déroulait sur une bande située au haut de la forteresse. Et tant que Sa Majesté n’avait pas dit : « Halte là ! », les soldats continuaient de défiler…. Ce qui entrainait inévitablement, un bon nombre vers l’abime ! Et tant pis pour cette image de grande cruauté qu’ils projettent du Roi !

Mesure favorable à l’Environnement :

Lors d’un voyage en voiture de Port-au-Prince vers le Cap-Haitien, j’ai réalisé qu’à partir d’Ennery, le paysage se peignait de vert et la température devenait agréablement fraîche. Ayant fait la remarque tout haut, quelqu’un me répondit : « N’oublie pas que nous entrons dans le grand Nord et que Christophe obligeait tous ses sujets à planter des arbres fruitiers ! »

Cette mesure imposée par Christophe à ses sujets, aura donc eu des effets environnementaux visibles et bénéfiques, plus d’un siècle et demi après le décès du prestigieux Monarque !

Il nous faut malheureusement reconnaitre qu’au fil du temps, le déboisement s’est étendu un peu partout dans notre pays, amenant ainsi la disparition de nombreuses chutes d’eau !...

Facteurs Culturels :

Musique et Radio jouent un rôle important dans la propagation d’idées. Par exemple, la célèbre chanson de l’Orchestre Septentrional : « Cité du Cap-Haitien » contribue à renforcer et propager l’idée que les gens du Nord sont fiers de leur passé, de leur culture et de leur héritage…

De cette chanson, je tire ce qui est dit de la Citadelle : « la huitième merveille du monde, héritage sacré de notre Roi bien-aimé ». Ce dernier adjectif retient particulièrement mon attention, car tendresse et amour envers le Roi détonent singulièrement avec l’image de cruauté propagée par les enfants-guides de la Citadelle.

Mais les deux adjectifs ne sont sans doute pas incompatibles ! De fait, la chanson poursuit :

« Henry Christophe, ce Génie, cette main de fer, ce Constructeur à qui tu dois cette fierté »

Citadelle Laferrière, photo Frantz Jean (2016)

Education au Royaume d’Henry 1er

J’avais déjà entendu dire que l’école était obligatoire sous Christophe. Cependant, c’est à Washington, D.C. que j’ai appris d’un éminent Professeur d’une grande université américaine que l’éducation donnée dans le Royaume du Nord d’Haïti sous le règne d’Henry 1er, « n’avait rien à envier à celle donnée, à l’époque, au Royaume Uni de Grande Bretagne et de l’Irlande ! »...

Mais de quelle Éducation s’agit-il ?

À part l’apprentissage des connaissances de base que sont la lecture, l’écriture et le calcul, il y a eu, sans doute, dans le Royaume :

  • Une École d’Arts et Métiers (avec ou sans ce nom)
  • Les ruines du Palais Sans Souci ainsi que la Citadelle attestent de la Vision, de la Connaissance et du Respect des règles de l’Art ainsi que de l’Ingéniosité du grand Roi bâtisseur.

    Dans le domaine du bâti, châteaux et forteresses sont là qui prouvent qu’il y a eu acquisition et transmission de savoirs : en Génie et Architecture ; en Maçonnerie, Menuiserie et Ébénisterie ; en Forgerie et Ferronnerie ; et j’en passe …

    Il a fallu certainement procéder également à la Formation de Soldats, de Jardiniers, de Cuisiniers et Valets, d’Écuyers, de Vétérinaires, de Juges, de personnes spécialisées en Soins de Santé etc…

  • Une École de Musique :
  • Qu’il y ait eu des musiciens pour créer et entretenir une atmosphère de divertissements au Palais parait comme allant de soi ! J’imaginais facilement concerts et bals donnés au Palais. Cependant, c’est par un article récent de l’historien et chercheur, Claude Dauphin, que j’ai maintenant la certitude que l’on jouait de l’Opéra au Palais Sans-Souci.

  • Concernant les Finances :
  • Une amie m’a révélé sa grande surprise lorsqu’à l’occasion de recherches effectuées en Angleterre, elle a découvert que Christophe tenait séparés, trois comptes : celui du Roi, celui de la Reine et celui du Royaume.

    La Reine avait donc un compte personnel, différent de celui de son époux ; ceci, avant la lutte menée par les féministes !... Avant-gardiste, donc !

    À noter également, qu’une différence était clairement établie entre les comptes personnels (du Roi, de la Reine) et celui du Royaume.

III. Qu’avons-nous fait de son legs ? Et … Qu’en faisons-nous ?
  • Le Buste de marbre blanc qui ornait les jardins de la Reine se trouve encore au Palais Sans-Souci. On peut l’y admirer : abimé, mais toujours là !
  • Les lions qui se trouvaient placés à l’entrée du Palais royal, se sont retrouvés à garder l’entrée du Palais de Justice ; ceci, jusqu’au séisme du 12 janvier 2010 qui a détruit la capitale haïtienne.
  • Création par Décret présidentiel en 1978, du Parc Historique National renfermant le Palais Sans-Souci, la Citadelle Henry et le Site des Ramiers.
  • Création en 1979 de l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine Architectural National (I.S.P.A.N)
  • En 1982, le Palais Sans-Souci et la Citadelle Henry sont reconnus par l’U.N.E.S.C.O comme faisant partie du Patrimoine mondial de l’Humanité.

Avec l’appui de l’UNESCO et l’ISPAN, des travaux furent entrepris et des toits posés pour mettre la Citadelle hors d’eau (i. e. hors des méfaits de l’eau de pluie : infiltrations, crevasses, fissures, et autres…)

Il faut signaler quelques récentes initiatives de mettre à profit le somptueux décor du Palais Sans-Souci : un mariage y a été célébré par une grande famille capoise; un concert philarmonique avec feux et lumières fut organisé par le Ministère de la Culture…

Mais, juste en cette année du 200ème anniversaire de la mort du grand Roi, la coupole de la Chapelle attenante au Palais Sans-Souci, restaurée sous le Président Sténio Vincent, a été la proie d’un incendie qui l’a complètement détruite, faute de services pompiers adéquats !

Refusant de terminer sur un constat aussi triste que révoltant, je choisis de préférence, de convier ceux et celles qui liront ces lignes, de prendre avec moi l’engagement :

  • de chercher à mieux connaitre ce grand homme que fut Henri Christophe, non pas dans le but d’étaler nos connaissances, mais afin de découvrir sa vision, sa capacité de planifier, d’anticiper les problèmes, de gérer, de corriger au besoin, d’obtenir que les projets se matérialisent…
  • Coïncidence heureuse, depuis octobre 2020, le site www.villeducaphaitien.com invite les internautes à une exposition virtuelle sur le Roi Christophe . Je vous y convie !...

    Conclusion

    S’il y a une leçon à tirer de ces Réflexions et Rêveries, c’est qu’il y a encore tant de choses à apprendre au sujet du Roi Henry 1er : de sa vision, sa détermination, sa gestion et son savoir-faire !...

    Puisse la connaissance du passé nous mener à mieux cerner et comprendre le présent, afin de bien gérer les ressources humaines, matérielles et financières dont nous disposons ; ce, pour le plus grand bien du pays et de sa population.

    Alors seulement, le Roi Henry 1er pourra, selon sa devise : … « Renaitre de ses cendres » !

    Claudette Antoine Werleigh, 8 Octobre 2020

    Mots-clés: Cap-Haïtien, Arts et spectacles, Henri Christophe , Éducation des citoyens, Royaume du Nord, Henry 1er, Citadelle Laferrière, Pistes pour l'avenir, Défis , Grand Nord, Développement durable

    logo site de la ville du Cap-haitien