• Exposition: Les Armes de la Capitale

Les Armes  comme reflet de l’histoire politique
et militaire du Cap [i]

Les Hercules se sont battus pour que le Cap-Henry reste le défenseur de la liberté et de l’indépendance. En 1791 déjà, L. F. Sonthonax (1763 – 1813) proclame au Cap l’affranchissement des esclaves de Saint-Domingue. En 1793, ce sera l’abolition de l’esclavage. En 1802, Christophe, militaire de carrière, refuse de livrer la ville au général français Leclerc (1772 - 1802).

Le Cap-Henry, lieu stratégique, est protégé par les forts Picolet, Saint-Joseph, Saint-Michel, Magny... Le principal, Vertières, témoigne de la bataille mémorable de novembre 1803 qui marque la fin victorieuse de la révolution haïtienne. Cet acquis politique, défendu par les militaires et la Marine royale d’Henry Ier, a déterminé le choix iconographique des Armes de la Capitale.

Fig 27a

Fig. 27a : "Royaume d'Hayti. Manifeste du roi"
Source : Royaume d'Hayti. Manifeste du roi

Fig 27b

Fig. 27b : Fort Picolet
Source : ispan.gouv.ht

Tous droits réservés ©MUSÉOFIL-HAÏTI S.A., 2020

logo site de la ville du Cap-haitien