Sports et Loisirs

La naissance du mouvement scout au Cap-Haïtien : une histoire d’engagement (Gérard Tassy, Duret Jean-Louis et Tet Ansanm pou Okap)

Ces informations sur les débuts du scoutisme au Cap-Haïtien (1935-1964) ont été compilées grâce à la collaboration de nombreux frères scouts dont la liste des noms se trouve à la fin du document. Les auteurs les remercient de leur aimable contribution. Quant à vous, chers internautes, votre collaboration serait précieuse pour identifier tous les scouts sur les photos, la mémoire faisant défaut aux collaborateurs...

Introduction

En 1935, un jeune professeur du Collège Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours du Cap-Haïtien, Waldeck J. Georges, se trouvait en vacances d’été à Port-au-Prince. Un beau jour, il a vu une troupe de scouts revenant de leur camp d’été marteler le pavé d’une rue de Port-au-Prince. Ce défilé de jeunes en uniforme attira son attention et profita pour avoir certaines informations sur ce mouvement de jeunesse pendant son séjour à Port-au-Prince.

Rentré au Cap-Haïtien, il parla de son intention de fonder une troupe scoute au Collège Notre-Dame du Perpétuel-Secours au Révérend Père Jean-Baptiste Siguay de la Goupillère qui sera d’ailleurs le premier aumônier du mouvement scout au Collège Notre-Dame. Un heureux hasard avait voulu que le Père Supérieur ait été scout en France. C’est ainsi que naît le scoutisme au Cap-Haïtien.

Le scoutisme au Collège Notre-Dame (1)

Dès la rentrée d’octobre 1935, le mouvement scout voit le jour au Collège Notre-Dame (CND). En janvier 1936, les premiers scouts étaient admis à faire leur promesse. On peut retenir les noms des premiers scouts : Waldeck J. Georges, Frantz Médor, Roméo Barella, Norashi Daguin Jean, Joseph Pierre Victor, Jacques J. Georges, Jacques Agenor, Luc Rochand, Georges Lavaux, Luc Senatus, Louis Toussaint et un membre d’origine chinoise habitant la rue 4. À ce moment, le Collège comptait deux troupes scoutes, Sainte-Rose et Bayard.

À l’arrivée des Prêtres de la Congrégation de Sainte-Croix, un nouvel aumônier prit la relève du Père Siguay. Il s’agissait du Père Victor Lecavalier, qui, par la suite, cèdera sa place au Père Maurice Mignault c.s.c qui restera, pendant des années, aumônier des scouts du Collège Notre-Dame (CND) ; il sera également aumônier diocésain.

Au fil des ans, plusieurs prêtres se sont succédé comme aumôniers des scouts du Collège Notre-Dame.

  • Rvd. Père Jean Baptiste Siguay de la Goupillère, prêtre de Saint-Jacques.
  • Rvd. Père Victor Lecavalier – c.s.c.
  • Rvd. Père Maurice Mignault – c.s.c. - Le Père Mignault ne porta jamais la Badge de Bois, sûrement par modestie.
  • Rvd. Père Jacques Lajoie, Animateur c.s.c. Le Père Jacques Lajoie était détenteur de la Badge de bois à (2) buchettes, animateur adjoint, (3) buchettes et animateur, (4) buchettes, et membre de l’Équipe de la Formation.

C’est sous la férule du Père Mignault que le scoutisme capois prit un essor formidable. Père Mignault, comme on l’appelait, sera membre permanent de l’Équipe Nationale à l’Entrainement, dirigée par le Commissaire National à l’entrainement de l’époque qui s’appelait Roger L.F. Mortes, avant de devenir dans les nouveaux statuts et règlements, « Équipe Nationale de la Formation. »

1er rang: Raymond Bernardin, Énique Denis,Romuel Moreau, 2e rang : Max Manigat, Robert Toussaint, Père Maurice Mignault, 3e rang : Marquès Jasmin, Théoserge Almonor

C’est aussi à cette époque que la Troupe Sainte-Rose devient la Troupe Henry-Christophe. Ainsi, le Collège Notre-Dame(CND) comptait désormais deux troupes nommées Bayard et Henry-Christophe. Par la suite, pour respecter les transformations introduites par les nouveaux règlements des scouts d'Haïti, qui voulaient que les groupes et les unités portent le nom de héros haïtiens ou de tout Haïtien s’étant distingué comme un grand patriote au service du scoutisme, du guidisme et de la patrie, la Troupe Bayard sera fusionnée avec la Troupe Henry-Christophe pour créer deux nouvelles troupes : 1er et 2e Cap-Henry-Christophe.

Depuis, «la troupe scoute porte le nom d’un héros ou d’une personne importante; la troupe est composée de patrouilles qui portent les noms d’un animal (Taureau, Hirondelle…) et qui réunissent sept ou huit scouts soient le Chef de Patrouille (CP), le Second de Patrouille (SP), l’Intendant, le Cuisinier, l’Aide-Cuisinier et deux ou trois scouts, selon les besoins, entre autres, pour chercher de l’eau, du bois sec.»

Les deux troupes du Collège se divisaient en 7 patrouilles :

  • 1er Cap comprenait : Chamois, Lions et Hirondelles composée chacune de 8 patrouillards.
  • 2e Cap comprenait : Abeilles, Malfinis, Tigres, Paons composée chacune de 8 patrouillards.

Toutefois, étant donné le nombre de garçons et peut-être le manque d’intérêt de certains pour le mouvement de Baden Powell, le nombre de patrouilles dans 1ère et 2e Cap-Christophe seront réduites à partir de 1956 à 2 chacune : Hirondelles, Abeilles, Malfinis et Taureaux.

Il est intéressant de se remémorer les noms de ceux qui composaient ces troupes. Faute de registre officiel, certains noms sont ici cités et nous demandons à ceux dont le nom aura été omis, d’excuser ces oublis bien involontaires.

Pierre Jean-Pierre, Dieudonné Toussaint (Dieubus), Marquez Jasmin, Michel C. Hector, Michel U. Hector, Marcius Richard, Pierre Chavannes, Marcelin (barbe), Jacques Ambroise, Jacques Fabien, Edriss Alexis, Emilio Bert, Pierrot Giordani (Pelota ), Miguel Handal (Pasqui), Cary Hector, Pierre Lindor, Rony Arcacia, Ruben Jean-Louis, Beaudoin Michaud, Délice Jadotte, Georges Mompoint (Kaldebe), Jean-Baptiste Nérée, Mathieu Ovril, Roland Pierre-Antoine, Gérard Pierre-Antoine, Jacques Ricard, Raoul Rémy, Emmanuel Prophète, Robinson Datus, Salnave Cherfils, Edouard McGuffie, Michel Obas, Enique Denis, Théoserge Almonor, René Michel, Gérard Gilles, Joseph Almonor, Joseph Adrien, Edouard Nicolas, Emile Etienne, Henry Pauld, Luc Moise, Wilfrid Riche, Ernst Bastien, Jeannot Jean Gilles, Évonyme Jean Francois, Boileau Etienne, Vély Leroy, Harry Leroy, Gérard Tassy, Fabert Jean-Pierre, Macajoux Médard, Pierre Eugène, Raymond Bernardin, Rémy Obas, Yves Manigat, Joseph Thomas, Gédéon Colas, Reynold Auguste, Emmanuel Lafosse, Gérard Sajous, Emmanuel Bélizaire, Joseph Jean, Jacques Magloire, Claude Alfred Pierre, Roland Némorin, Eddy Némorin, Harry Kersaint, Roland Toussaint Fils Robespierre), Jules Desrosiers, Jean-Claude Mondésir, Brunel Toussaint, Serge Vincent, Elcho Newbold, Frantz Dupuy, Marcel Morusma, James Malebranche, Patrick Malebranche, Jean-Baptiste César, Rosny Felix, Hervé Felix, Ronel Céran, Myrtho Céran, Reynold Pierre, Jacques Arthur Durosier, Arix Laroche, Révérend Père Paul Pozé, c.s.c, Max Charles, Romane Berthil, Nissage Desrosiers, Raymond Dolcé, Lesly Bright, Rony Phaëton, Louis-Joseph Auguste, Doumer Isaac, Henri Bell, Harrix Laroche, Jovenel Dubois, Henri-Claude Ménard, Maurice Lambert, Lucien Lambert, Gabriel Guillaume, Robert Monfiston, Pierre Jean, Fritz Guillaume, Emmanuel Salnave, Wilfrid Riché.

Les souvenirs des acteurs de l’époque nous font découvrir les débuts et l’évolution du mouvement Baden Powell au Cap.

Écoutons le Père Maurice Mignault qui avait été aumônier des scouts du Collège Notre-Dame et grand animateur du scoutisme au Cap-Haïtien :

Quand j’arrivai au Cap, le scoutisme existait déjà au Collège Notre-Dame. Je me souviens avoir organisé, en 1956, les fêtes du 20e anniversaire du commencement au Cap-Haïtien du mouvement scout par Waldeck Georges, en 1936.

Étaient présents, à ces fêtes, Roméo Barella, Georges Lavaux, Pierre Chavannes, Jacques Sibroise, Frantz Prophète, Dr. Médard, Orlando de la Plantation Dauphin. Ti-Georges Magloire, était mon chauffeur privé avec la grosse limousine des Magloire. Le Père Beugé avait accepté de nous servir un petit bijou de sermon, à la messe célébrée à Sainte Philomène. Nous avions fait un défilé monstre à travers la ville du Cap, le soir de clôture des fêtes, et Émile (Milo) Anacréon avait offert un cornet de crème glacée à tous les membres de notre cortège.

Marcius Richard, membre de la Troupe Bayard, renchérit :

Je suis entré dans le mouvement scout en 1943. À ce moment, l’aumônier de la Troupe Bayard, la seule existant au Cap, était le Père Siguay de la Goupillière. La Troupe comportait trois patrouilles : Lions, Tigres et Hirondelles. Le chef de patrouille des Lions, Pierre Chavannes venait juste d’être promu chef de troupe; c’est Georges Lavaux qui devint le chef de groupe. Je me rappelle d’autres chefs de troupe : P. Daguindeau (Tigres), Jacques Ambroise (Tigres), Grégoire Eugène (Hirondelles); Drice Pretto était le second de patrouille des Hirondelles, qui était ma patrouille. La meute (louveteaux) était dirigée par Luc Sénatus.

Quelques noms des frères-scouts me reviennent : Joseph Pierre-Victor, Marquez Jasmin, Pierre Giordani, Michel U. Hector, Raymond Bernardin, Gabriel Guillaume, Jean-Robert Ménard, Edriss Alexis, Raymond Rémy, Dieudonné Toussaint, Mathieu Orville, Révérend Père Paul Pozé c.s.c.

À l’arrivée de la communauté des Pères de Sainte-Croix, en 1941, le Père Victor Lecavalier devient aumônier du groupe; deux ans plus tard, il passa la direction spirituelle du groupe au Père Maurice Mignault. Une autre troupe fut fondée au Collège Notre-Dame: la Troupe Henry-Christophe. Cary Hector fut l’un des chefs de patrouille ; sa patrouille était les Abeilles.

Gérard Tassy, Raymond Bernardin, Père Maurice Mignault, Rivière Ménard, Pierre Eugène

Nous avions l’habitude de tenir un camp de fin de semaine, une fois par mois, dans la cour de l’église Sainte-Catherine, au Haut-du-Cap. Quelques temps après, M. Jean Mastroti nous offrit son habitation de Vaudreuil comme terrain de camp.

Pendant les vacances d’été, un camp d’une semaine était organisé. L’une ou l’autre fois, les trois troupes de la ville partaient ensemble pour ce grand camp. Des plus mémorables, on cite le Camp de Papaye (Hinche) dont le chef de groupe était Marquez Jasmin, l’intendant Emmanuel St-Amour et l’aumônier Maurice Mignault.

Les Louveteaux de la Meute de la Troupe Henry Christophe du Collège Notre-Dame en route vers le camp qu'ils feront à Mahotière-Haïti. Parmi ceux qui ont participé à ce camp, il faut mentionner les deux scouts Alfred Pierre et Gédéon Colas, le Révérend Père Maurice Mignault et la trentaine de Louveteaux qui composaient cette meute.

Rodolphe Schomberg, Charles Dupuy, la cheftaine, Mlle. Alerte Leroy, le touriste américain qui nous a offert de voyager dans sa voiture.

Le Commissaire National à l’Entrainement (Directeur du Camp École), Roger Mortes invitait, de temps en temps, les Chefs de Patrouille du Cap à participer à des camps de formation. Un de ces Camps fut tenu à Bourdon, presqu’en face du « Manoir des Lauriers » et un autre à Martissant.

L’organisation des troupes

Rémy Obas, qui est devenu scout après le Camporée de la Vallée Heureuse (en 1954), nous rappelle l’organisation ainsi que les devises des troupes et patrouilles scoutes du Collège, à son époque.

La Troupe Henry-Christophe (1) avait pour devise : « Je renais de mes cendres », tandis que celle de la Troupe Bayard (2) était : « Tout est perdu fors l’honneur ».

  • La Patrouille Taureaux, dont la devise était « Toujours plus forts » avait pour chef de patrouille Gérard Tassy. Elle était composée à l’époque de Rémy Obas (Second de Patrouille), Jules Desrosiers, Pierre Jean, Jacques Arthur Durosier, Jean-Claude Mondésir, Fabert Jean-Pierre.
  • La Patrouille Hirondelles dont la devise était « Toujours fidèles » avait pour chef de patrouille Pierre Eugène. Elle était composée à l’époque Gérard Tassy (Second de Patrouille), Serge Almonor, James Mallebranche, Yves Manigat, Harry Kersaint, Jean Angrand, Jovenel Dubois.
  • La Patrouille Malfinis dont la devise était « Toujours plus haut » avait pour chef de patrouille Raymond Bernardin. Elle était composée entre autres de Frantz Dupuy (Second de Patrouille), Rony Chérazard, Maurice Louis, Gabriel Guillaume, Fritz Guillaume, Emmanuel Salnave, Wilfrid Riché..
  • La Patrouille Abeilles dont la devise était « Laboramus » avait pour chef de patrouille Emmanuel St-Amour. Elle était composée, entre autres, de Robert Monfiston (Second de Patrouille), Romane Berthil René Michel, Gérard Gilles, Yves Pluviose, Nissage Desrosiers, Raymond Dolcé.

Les Routiers de la Troupe Henry-Christophe

Les Routiers de la Troupe Henry-Christophe avaient pour chef Marquez Jasmin. Les personnes suivantes en faisaient partie : Reynold Auguste, Reynold Blot, Rémy Obas, André Labrousse, Emmanuel St-Amour, Nissage Desrosiers, Frantz Dupuy, Gabriel Guillaume, René Michel.

Le scoutisme au Lycée Philippe-Guerrier (2)

Le mouvement scout ne se limita pas uniquement au Collège Notre-Dame. Dès 1948, le Lycée Philippe-Guerrier du Cap s’y intéressa. Max Manigat, membre de la troupe du Lycée raconte :

En 1948 ou 1949, la Troupe Louis-Mercier fut fondée par Maurice Péan. L’assistait : Morton Dietz. On se réunissait, les samedis après-midi, dans la cour du Lycée. Le conseil des Chefs se tenait à la Bande-du-Nord. La Troupe assistait à la messe mensuelle à la chapelle de Magayosse avec collation de «pen alo et de chiquetaille de morue» offerte par le chef de troupe, Maurice Péan.

Nos journées de sorties mensuelles et nos camps étaient minutieusement préparés avec l’aide et les conseils de la fiancée du chef de troupe, Irène François, qui supervisait l’achat des provisions et veillait à ce que nous ne manquions de rien. Le lieu de rendez-vous, les jours de départ, était devant sa résidence à la Petite-Guinée (rue 15 M-N). Les scouts participaient aux grandes fêtes religieuses (processions de la Fête-Dieu et du Sacré-Cœur) où ils assuraient le service d‘ordre aux abords des reposoirs; ils portaient aussi leur uniforme pour les fêtes patriotiques comme le 18 mai et le 30 juin, fête du Lycée. Ils représentaient leurs troupes aux funérailles de scouts ou de parents de ces derniers.

Des feux de camp étaient parfois organisés en ville pour recueillir des fonds avant le grand camp d’été. À ces camps, les scouts offraient aussi un feu de camp aux habitants du village.

Voici les noms de quelques-uns des premiers scouts de la Troupe Louis-Mercier du Lycée Philippe-Guerrier : William Allonce, Manfred Antoine, Renaud Bazin, Adhémar Catabois, Toussaint Célestin, Christophe César, Reynold César, Sylvio Chérazard, Justin Colas, Charles Dietz, Jacques Eusèbe, Lurry Fatal, Jean-Baptiste Garçon, Gérard Grandchamps, Fritz Bernardin, Gérard Jasmin, Max Manigat, Serge Péan, Harry Perrier, Turnier Pierre-Louis, Max Timoléon, Robert Toussaint, Jacques Desravines, Jean-Baptiste Jasmin, Anthony Bright, Bernard Lacarte.

Le scoutisme dans d’autres institutions capoises et dans d’autres villes du Nord

Le mouvement scout va aussi s’implanter dans d’autres institutions de la ville. Les souvenirs de Duret Jean-Louis sont précieux pour nous éclairer sur l'envol de trois nouvelles troupes, dès la fin des années 1950 : la Troupe Anténor-Firmin, la Troupe David-Livingstone, la Troupe Killick.

La Troupe Anténor-Firmin

La Troupe Anténor-Firmin avait pour devise « Je renais de mes cendres ». Les membres de cette troupe arboraient un foulard Jaune / Noir. Le chef de troupe (CT) était Jacques Georges. Les personnes suivantes étaient membres des patrouilles : Laguerre Desrosiers, Wilfrid Dolcé, Roger Day, Gabriel Lopez, Aniel Dufresne, Wilfrid Riché, Harry Perrier, Jacques Dolcé.

La Troupe Killick (5)

La Troupe Killick avait pour devise « Symbole de l’honneur ». Les membres portaient fièrement un foulard de couleur Marron. La Troupe comprenait une seule patrouille dont le Chef de troupe était Marcel Perrier. Les membres étaient : Marquez Jasmin, Lionel Dolciné, Yves Chancy, Jacques V. Norésias, Roland Étienne, Daniel Anténor, Michel-Ange Athis et Emmanuel Salnave.

La Troupe David-Livingstone

La Troupe David-Livingstone est un groupe scout membre de l’Association nationale des scouts d'Haïti (ANSH) depuis le 6 février 1956, date de sa fondation. Cette Troupe avait été fondée par Ramsès Lamour avec la vision de devenir la référence en matière de scoutisme dans la ville du Cap-Haitien (District Cap-Haitien zone II).

Debout dernière rangée:Jacques Casimir, Guy Florival, Ramses Lamour, Rivière Ménard, Jacques Dardompré. Debout 2ième rangée : Emmanuel Hyppolite, Jose Myrtho Pierre - Louis, Émile Almonor, Gethro Zamor, Duret Jean–Louis. Accroupis: Luc Piton, Ruben Pierre, Michel Almonor, Emmanuel Chérenfant, Daniel Pierre, Musset Pierre. Assis: Aldophe Hérivaux, Élysée Mompoint, Zacharie Destiné, Alix Hérivaux, Jean-Robert Duchantier, Hans Hérivaux.

La Troupe, qui est encore très active, a pour devise « En quête du Beau ». Cette devise a toujours été le moteur de toutes les gloires et honneurs du groupe «particulièrement la distinction d'avoir été et de continuer d'être le meilleur groupe du district et une référence pour le scoutisme dans le nord» (Extrait de la page Facebook de la Troupe).

Les membres de cette troupe arboraient un foulard jaune abricot. Le chef de groupe (CG) était Ramsès Lamour et l’aumônier, le Pasteur Charles Stafford Kelly. Les réunions scoutes se faisaient sur une base mensuelle alors que celles des patrouilles avaient lieu tous les quinze jours. Les scouts assuraient le service d’ordre, tous les dimanches à l’église Baptiste du Cap-Haïtien à la Rue 14 J-K.

Comme toutes les troupes scoutes de la ville, la Troupe David-Livingstone organise des camps, dont plusieurs gardent de vifs souvenirs notamment de ceux de Trou-du-Nord, de Vertières, de Pont Paroi et de Dondon. Les trois meilleurs cuistots de la troupe à des différentes périodes étaient Georges Eustache, Joseph Émile Séraphin, Archange Edmond.

L'organisation de la troupe

La Troupe David-Livingstone était divisée en trois branches : routiers; scouts; louveteaux.

Les Routiers (jeunes de 17 à 30 ans) étaient constitués à l’origine des membres suivants: Jacques Casimir, Rodrigue Laïbonne, Raphaël Boubert, Alendy Achille, Luckner Lorient, Achilas Achille.

Les Scouts (jeunes de 11 à 17 ans) pour leur part avaient comme chef de troupe Rivière Ménard; Louis Osias était l’Assistant-chef de Troupe (A.C.T.). Les membres étaient répartis en quatre (4) patrouilles : Chevaux; Coq; Corbeaux (Kaouw) et Colibris. Chacune des patrouilles pouvait s’enorgueillir d’un fanion qui était son emblème.

  • La Patrouille Chevaux, dont la devise était « Au Galop », avait pour chef de patrouille, Vernet Félix, secondé par (S.P.) Job Jean. Les membres étaient : Élysée Mathurin, Duret Jean-Louis, Emmanuel Hyppolite, Hans Hérivaux, Camille Edmond, Michel Ménard.
  • La Patrouille Coqs dont la devise était « Dès L’Aurore » avait pour chef de patrouille Josué Romain, secondé par (S.P.) Moïse Mathurin. En faisaient partie Jose Myrtho Pierre-Louis, Marc-Élie Jean, Lucien Fonrose, Élie Félix, William Pierre.
  • La Patrouille Corbeaux (KAOUW), avait pour devise « Toujours Solidaire ». Le chef de patrouille, Charles Poisset Romain était secondé par (S.P. ) Samuel Pierre. Les membres étaient Georges Eustache, Évenou Pierre, Samuel Célestin, Harry Prophète, Amos Félix, Musset Pierre.
  • La Patrouille Colibris, dont la devise était « Toujours Gai », avait pour chef de patrouille Josnel Pierre-Louis, appuyé par Emmanuel Chérenfant, Second de Patrouille (S.P.). Les membres étaient à l’origine : Paul Félix, Archange Edmond, Ruben Pierre, Michel Prophète, Éric Alexis Pierre, Daniel Pierre.

Quant aux LOUVETEAUX (jeunes de 8 à 11 ans), ils avaient pour Chef de Meute, Jacques Dardompré, assisté de Guy Florival. Nathan Ménard, Gérard Félix, Joseph Émile Séraphin étaient membres de la meute.

La Troupe Jean-Jacques-Dessalines

Il n’y a pas qu’au Cap-Haïtien que le mouvement scout va s’implanter. C’est ainsi que naît, dans les années 1960, à la Grande-Rivière-du-Nord, la Troupe Jean-Jacques-Dessalines.

La Troupe Jean–Jacques-Dessalines avait pour devise : Symbole de la bravoure. Le Chef de troupe (C.T.) était Edner César appuyé par son assistant chef de troupe (A.C.T), Marc Michel. La troupe comprenait deux patrouilles.

  • La première patrouille avait pour Chef de patrouille (C.P.) Duret Jean-Louis assisté par un second de patrouille (S.P.), Anderson Lafortune. En faisaient partie, Joseph Almonor, Yves Pierre–Louis, Gerson Jean–Louis.
  • Quant à la seconde patrouille, elle avait pour chef (C.P.): Jose Myrtho Pierre–Louis assisté du Second de patrouille (S. P.), Livingston Nicolas. En faisaient partie, Josnel Pierre-Louis, Romel Jean–Louis, Serge Jean-Louis, David Alouidor.
La Troupe Boisrond Tonnerre: un cas d'exception

La Troupe Boisrond Tonnerre a été fondée au début des années 60 sur l’initiative de Robert Ménard avec la participation de ses amis du Cap-Haitien. Cette Section Routier était réservée exclusivement à des adultes ayant déjà expérimenté le scoutisme durant leur prime jeunesse, ou encore à d’autres professionnels désireux de se regrouper dans l’objectif de servir leur communauté en accord avec les principes et les fondamentaux mis en place par Baden Powell, fondateur du mouvement scout.

Robert Ménard fut secondé dans cette démarche par des «vieux routiers» du Scoutisme tels, Laguerre Desrosiers et Emmanuel Saint-Amour.

Les grandes randonnées à pied et la participation à des activités communautaires campagnardes constituaient les particularités de la Troupe Boisrond Tonnerre.

La gestion du scoutisme dans le département du Nord

Suivant le modèle instauré par le Comité Exécutif de la Boy Scout Association, le nom de commissaire a été donné par l’Association nationale des scouts d’Haïti à tous les responsables de district.

De façon générale, à travers le monde, c'est un adulte expérimenté dans le scoutisme, très souvent bénévole qui a pour fonction d'encadrer les unités dans son district. Ainsi, le commissaire de district occupe un poste de direction clé dans l'ensemble de la structure scoute. Il est considéré tel un directeur général, peu importe qu'il soit rémunéré ou non. Il est le premier responsable de la Qualité, la Présence, la Permanence et la Croissance (QPPC) du Mouvement au sein de son district.

Dans le département du nord, il est intéressant de se rappeler le nom de quelques commissaires qui se sont bien illustrés dans leur mandat de gestion de la bonne marche des troupes :

  • Michel Hector : Commissaire de district pour le Département du nord
  • Jacques Dardompré puis Nathan Ménard: Commissaire de district pour les Louveteaux
  • Jacques Agenor : Commissaire de district pour les Scouts
  • Reynold Estulien Pierre et Alfred Pierre : Commissaires de district pour les Routiers
Au-delà des frontières départementales

Dès les débuts du mouvement, les scouts du Nord se sont impliqués dans le développement de relations tant avec les scouts des autres régions du pays qu’avec les troupes du monde.

Ainsi, Henri Pauld, scout de la Troupe Bayard, représenta le Cap-Haïtien lors du Jamboree de la Paix, à Moissons, aux environs de Paris, en 1947.

Lors du Jamboree des Scouts de la Caraïbe qui s’était tenu à Kingston, à la Jamaïque, en décembre 1951, une délégation des scouts du Collège Notre-Dame composée de Cary Hector, d’Édouard McGuffie et de Renaud Bazin, représenta le Cap-Haïtien. (1).

En 1955, lors du Jamboree qui s’est tenu à Sainte-Catherine, en Ontario (Canada), Marquez Jasmin, Raymond Bernardin, Rivière Ménard, Pierre Eugène, Gérard Tassy, accompagnés de l’aumônier, Père Maurice Mignault ont représenté les troupes du Cap-Haïtien.

En 1954, les scouts du Cap-Haïtien vont participer au premier Camporée d’Haïti. Le camporée étant un type de jamboree organisé par l’Association des scouts d’Haïti, chaque 4 ans, dans une ville du pays. Le premier Camporée national des scouts d'Haiti a eu lieu, en juillet 1954, à Vallée Heureuse en contre-bas de Boutilliers, dans la région de Port-au-Prince, sur un terrain appartenant à l'Ingénieur André Salgado.

La ville du Cap-Haitien était représentée par la Troupe Henry-Christophe, sous la direction du Chef de patrouille Rémy Obas accompagné des scouts: Frantz Dupuy, Pierre Jean, Jules Desrosiers, Yves Manigat, James Mallebranche, Harry Kersaint, Jacques-Arthur Durosier et Robert Monfiston. Le camp comportait 3 divisions et la nôtre avait à sa tête, Luc Sénatus comme chef de groupe. Le camporée d'une semaine était sous la direction de Roger Mortès, Commissaire National à l’entrainement.

À ce ralliement haïtien de la fraternité, une centaine de scouts venus de partout ont participé, comme le disait l'hymne de circonstance, «Pleins de joie et de foi sincère, nous venons de Tout Haïti.» Le chant du Camporée National des scouts d'Haïti résonne encore dans les mémoires:

Pleins de joie et de foi sincère nous venons de tout Haïti

Comme l'ont fait jadis nos pères à l’appel du son du lambi

Ils ont ennobli notre histoire et conquis notre liberté

Soyons dignes de leur mémoire, au camp de la fraternité.

Conclusion

De nos jours, plus de 80 ans après la naissance du mouvement scout au Cap-Haïtien, la tradition se maintient. Le mouvement demeure bien vivant dans le département du Nord et au Cap-Haïtien.

Ainsi, dans le cadre de la commémoration du Centenaire du Scoutisme en Haïti, le samedi 27 février 2016, le Cap-Haïtien a eu son rallye scout. En effet, quatre districts : (Balan/Plaine du Nord, Cap-Haïtien zone 1, Cap-Haïtien zone 2 et Cap-Haïtien zone 3), ont pris part à cette grande activité, le, qui a réuni des centaines d'enfants et de jeunes des trois branches (Meute, Troupe et Routier) sur quatre sites différents. La cérémonie d'ouverture a eu lieu au gymnasium du Cap-Haïtien, vers 8:00 am, avec la prière suivie de l'hymne national puis le chant dédié à Baden Powell titré "Ochan pou ou Baden Powell", les propos de circonstance, les consignes et enfin la séparation par unités. Les scouts sont restés au gymnasium tandis que les routiers se sont rassemblés dans les locaux du Ministère de la Culture à la rue 21 O-P-Q. L’École fondamentale d’application (EFACAP) Anténor Firmin, à la rue 17 O-P a accueilli la Meute.

La clôture de l'activité s'est tenue à l'auditorium du CPN (Collège pratique du Nord), situé à l'angle des rues15-14 A, où a eu lieu une partie culturelle. Chaque unité a offert deux prestations artistiques puis les scouts ont créé l'animation. Outre les membres des branches, les responsables des quatre districts et du département ont participé à ce rallye qui s’est déroulé dans l'esprit du thème du Centenaire : « Eskout la se yon fòs pou fòmasyon ak devlòpman jèn yo depi 100 lane »

Toujours dans le cadre du centenaire du mouvement scout haïtien, le département scout du Nord a réalisé du 14 au 19 juillet 2016 un camp à l'Acul du Nord, autour du thème : "Pandan 100 tan an, n ap leve valè Eskout la nan kan".

L'objectif est de valoriser les trois unités : Meute, Troupe et Routier, ont fait savoir les responsables du dudit département. À cet effet, ces trois branches ont été bel et bien présentes dans ce camp.

Gérard Tassy, Duret Jean-Louis, Tet Ansanm pou Okap

(1) Collaboration de Emmanuel Saint-Amour, Cap-Haïtien, Haïti.

(2) Collaboration de Marcius Richard, Miramar, Floride, États-Unis.

(3) Collaboration de Rémy Obas, New-York, États-Unis.

(4) Collaboration de Jacques V. Norésias, Montréal, Canada

(5) Collaboration de Jose Myrtho Pierre–Louis et de Jacques V. Norésias, Montréal, Canada et Michel Ménard,Trois-Rivières, Canada.

(6) Collaboration de Renaud Bazin, Boucherville, Canada.

(7) Collaboration de Charles Dupuy, La Prairie, Canada.

(8) Collaboration de Gabriel Guillaume, Miami, Floride, États-Unis.

Références

1. Max Manigat, ed. Cap-Haïtien. Excursions dans le temps - Voix capoises de la diaspora, Coconut Creek, Éduca-Vision, 2008.

Expositions virtuelles

Organisez une exposition virtuelle avec villeducaphaitien.com

Contactez-nous sans tarder et c'est avec plaisir que nous discuterons ensemble de votre projet avec vous.
© Tous droits réservés - Tet ansanm pou okap & villeducaphaitien.com | Création et intégration RP Studio Web.
© Tous droits réservés
Tet ansanm pou okap & villeducaphaitien.com
Création et intégration RP Studio Web.
4.png7.png5.png3.png7.png3.png