• Exposition: Les Armes de la Capitale

Quand le Bulldog bombardait la ville du Cap…(Charles Dupuy)

HMS Bulldog Shelling The Forts At Cap Haiti by Edward Lawton
HMS Bulldog Shelling The Forts At Cap Haiti by Edward Lawton

Quand, en mai 1865, le général Sylvain Salnave prit les armes contre le gouvernement de Fabre Nicolas Geffrard, la population du Cap lui apporta un soutien massif et sans équivoque. Menés par Demesvar Delorme, les jeunes, les intellectuels mais aussi les commerçants haïtiens de la place défendront la révolution, avec d’autant plus d’ardeur qu’ils reprochaient au président Geffrard de vendre le pays aux étrangers, de favoriser ces négociants venus d’ailleurs qui leur faisaient une concurrence déloyale et les empêchaient de profiter pleinement de la reprise économique.

Comme le Cap résistait depuis six mois aux assauts répétés de ses troupes d'élite, les Tirailleurs de la Garde, Geffrard demanda aux navires de la flotte anglaise qui rôdaient un peu au large des côtes haïtiennes de bombarder la ville. Cet appel désespéré de Geffrard aux canons du Bulldog, du Galatea et du Lily pour mater la cité rebelle, ruina le peu de prestige et de crédibilité qui subsistaient en sa faveur dans l’opinion. La ville du Cap sortit de la révolte à moitié incendiée et son commerce sera livré au pillage par les troupes victorieuses. Après cette séquence historique tumultueuse, Geffrard traversa une très grave crise d’impopularité. La guerre civile avait coûté tout près de cent millions de gourdes au gouvernement et le força à imprimer une profusion de papier-monnaie causant la dévaluation de la gourde avec son cortège de misère économique et sociale.

La victoire de Geffrard sur les rebelles ne fut que de courte durée. Les conspirations proliféreront comme jamais, minant mortellement la solidité du régime. Quand, le 22 février, les Tirailleurs eurent déchargé leurs armes en direction de son Palais, Geffrard, sentant son pouvoir menacé, recomposa aussitôt son ministère, convoqua le parlement, amnistia ses opposants et promit des réformes. Selon Spencer Saint-John, à l’époque consul de Grande-Bretagne à Port-au-Prince, cette défection des Tirailleurs de la Garde, viendrait du fait que pour punir les habitants du Cap-Haïtien de leur insurrection de 1865, les agents recruteurs de Geffrard «s’étaient emparés de quelques douzaines de jeunes gens honorables et les avaient traînés à Port-au-Prince dans les bataillons de tirailleurs. Ce furent eux qui, en 1867, affirme le consul, donnèrent le signal des mouvements révolutionnaires qui finirent par renverser le président». (Haïti ou la République noire, p.274).

Le bombardement du Cap par la flotte anglaise hantera longtemps les mémoires et ne restera pas sans suite. C’est ainsi qu’au moment des élections présidentielles de 1957, le sénateur Louis Déjoie en visite au Cap-Haïtien, se présenta à la population comme étant le petit-fils du président Geffrard, un bon chef d’État, un excellent gestionnaire, un démocrate et un progressiste. Me Luc Stephen, ancien député du Limbé et alors candidat au Sénat de la République, s’empressa d’aller répliquer à la radio que le candidat Déjoie avait bien mal choisi la ville pour se vanter de ses origines, puisque l’un des boulets du Bulldog se trouvait encore logé dans le clocher de la cathédrale du Cap, une ville qui gardait de bien douloureux souvenirs de cet épisode historique et une rancune, ô combien tenace, envers son ancêtre, le président Geffrard.

Comme on sait, Me Luc Stephen fut triomphalement élu au Sénat tandis que Louis Déjoie ne devait jamais accéder à la présidence qu’il visait. On rappellera pour finir qu’après avoir démissionné le 13 mars 1867, le président Fabre Nicolas Geffrard partait le même jour pour l’exil à Kingston, à la Jamaïque. C’est là qu’il mourut le 31 décembre 1878. Il avait alors 72 ans.

Sources : Charles Dupuy coindelhistoire@gmail.com (514) 862-7185
Sources visuelles: Image 1 : Hms Bulldog Shelling The Forts At Cap Haiti is a painting by Edward Lawton.
Image 2 : H.M.S. Bulldog in conflict with the Flotilla and forts at Cape Haytien, on the Coast of Hayti, from the Illustrated London News, 1865. HAITI: HMS Bulldog fighting, Cap-Haitien, antique print, 1865. West Indies Ships.
Note de la rédaction : HMS Bulldog (1845), (troisième navire britannique à porter ce nom) was a wooden steam powered paddle sloop launched in 1845. She ended the Neapolitan naval bombardment of insurgent Palermo in 1848 by threatening retaliation[3] She ran aground in 1865 whilst attacking Haiti as part of a punitive raid against revolutionaries who had seized the British consulate. Unable to get her off of the reef, the British blew her up. (Wikipedia)

Mots-clés: Cap-Haïtien, Demesvar Delorme, Fabre Nicholas Geffrard, Marine anglaise, HMS Bulldog (1845), HMS Galatea (1859), HMS Lily (1874), Tirailleurs de la Garde, Rebellion , Bombardement, Luc Stephen, Louis Déjoie

logo site de la ville du Cap-haitien